top of page
  • Team

"Nous avons plus que jamais besoin de lieux pour incarner nos rêves."

Dernière mise à jour : 27 déc. 2021

Ce début d'année nous offre (enfin) la possibilité de réunir les membres du Comité de Pilotage du MMProjet dans un lieu incroyable. Il s'agit de l'Abbaye de la Fondation Royaumont située dans le Val d'Oise (cf. : encadré "Au coeur de la Fondation Royaumont"). Son directeur général, Francis Maréchal, membre du comité, nous fait la joie de nous y accueillir. L'occasion aussi de rappeler le rôle clé que joue ce comité dans le développement du MMProjet et de remercier chacun de ses membres d'avoir accepté cet engagement avec enthousiame. Nous avons souhaité leur donner la parole, pour que vous aussi, vous compreniez tout ce qu’ils nous apportent.



Aujourd'hui, interview de Francis Maréchal, Directeur général de la Fondation Royaumont.



Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Après avoir tenté avec quelque illusion de m’orienter vers une carrière de musicien (flûtiste), j’ai sagement choisi une voie plus rassurante (ESSEC) : à peine diplômé, je me suis vu confier par le Ministère de la Culture la création d’une délégation de la musique et de la danse dans le Val d’Oise.

Un an plus tard, la Fondation Royaumont, qui venait de perdre son président -fondateur, Henry Goüin, cherchait à bâtir un nouveau projet, avec le soutien du département du Val d’Oise. J’en ai assuré la direction culturelle avant d’en prendre la direction générale et de me dédier exclusivement à cette mission passionnante.

Au fil du temps, je me suis investi dans d’autres structures comme administrateur ou consultant, principalement dans le champ de la musique, du patrimoine et du mécénat. En 2015, j’ai pris en main les destinées de la Médiathèque musicale Mahler à Paris, l’une des plus grandes bibliothèques musicales privées en Europe, désormais affiliée à la Fondation Royaumont.



Pourquoi avez-vous accepté de rejoindre ce comité de pilotage ?

Le projet qu’ont conçu Véronique et Jean Royné pour cet ancien moulin à marée m’a immédiatement touché : nous avons plus que jamais besoin de lieux pour incarner nos rêves. Donner un nouveau sens à un site patrimonial ayant perdu sa fonction originelle, tout en s’appuyant sur les strates de son histoire, est enthousiasmant : de tels lieux stimulent l’imagination, structurent une ambition et nous obligent à rester modestes.

J’avais participé il y a quelques années à un projet de transformation de la citadelle Vauban de Belle-Ile-en-Mer en centre culturel de rencontre : une autre destinée lui fut finalement trouvée…. Je serai fier de contribuer à la naissance en Bretagne d’un projet avec lequel nous partagerons les valeurs qui nous guident à Royaumont.



Une question me taraude, moi qui vis entre étangs et canaux : quelle sera l’influence des marées sur la création de l’artiste ?


Comment voyez-vous votre rôle au sein du comité ?

Échanger des idées, mettre en commun des expériences, faire converger vers MMProjet des savoir-faire différents mais complémentaires pour parvenir ensemble à lui donner une forme cohérente et audacieuse, c’est ainsi que j’ai compris le rôle du comité de pilotage, et donc le mien en son sein. J’ai hâte de faire la connaissance de ses membres.



MMProjet, comment l’imaginez-vous quand il sera ouvert ?

Les artistes ont plus que jamais besoin d’un temps qui leur permette de concevoir et de mettre en gestation leurs projets. Si je me réfère au secteur que je connais le mieux, celui du spectacle vivant, je constate que ce temps